Question 11

Question d’un personnel CNRS : je n’ai pas eu l’occasion d’assister à vos AG, néanmoins comment pensez vous l’articulation et la prise en compte des compétences existantes et donc des agents CNRS, INRIA, INSERM … et autres EPST qui se trouvent dans les UMR et qui sont implicitement concernés par la valorisation de la recherche, les relations internationales, l’appui au montage de projets, les métiers de l’informatique ou de la communication …, dans le cadre des prochaines élections et ensuite de l’Université de Lille et notamment dans la perspective de mise en place de services de proximité mutualisé en appui aux chercheurs. Quels impacts pour les laboratoires et pour les personnels concernés ?

Réponse
L’ingénierie de projet est devenue depuis quelques années une activité clé de l’Université, aussi bien pour les aspects recherche qu’enseignement. Les actions de valorisation y sont bien entendu très liées, ce qui en renforce le côté stratégique. L’équipe CAP U-Lille a bien conscience de l’importance de ce service, et elle est inscrite dans les priorités affichées dans notre programme pour les élections. Un deuxième aspect concerne l’organisation de ce service au sein de l’ULille. Il est clair qu’un service central d’ingénierie de projet devra être mis en place de manière à partager les compétences et expertises (par exemple entre les aspects H2020 et/ou les CPER, ANR, PIA, etc…). Par contre, ce service central aura des ramifications dans les composantes de l’Université, de manière à assurer un service de proximité, sinon nous perdrons clairement l’efficacité de la démarche d’aide au montage de projet. En ce qui vous concerne, vous aurez donc le choix de rester dans un service de proximité ou au contraire d’intégrer un service plus central avec un champ d’action plus large. J’insiste bien sur le fait qu’il n’y aura aucune décision arbitraire en ce domaine des affectations, et d’ailleurs une mission de concertation sur les mobilités vient d’être créée afin de palier à toute difficulté qui pourrait émerger chez les personnels. Cette volonté politique s’affirme aussi pour les relations internationales, avec un service central articulé et appuyé sur des services de proximité. J’espère avoir répondu correctement à votre question, sinon n’hésitez pas à revenir vers moi pour un échange plus détaillé.

retour aux questions